Accueil » Accès par thème » Culture » Débat sur l'avenir de l'audiovisuel public

Débat sur l'avenir de l'audiovisuel public

Eric GOLD

M. le président. La parole est à M. Éric Gold, pour le groupe du Rassemblement Démocratique et Social Européen.

M. Éric Gold. Madame la ministre, je commencerai par une citation : « Les réformettes, c'est fini pour le service public. Il faut cette fois-ci avoir une grande ambition. Il faut permettre d'opérer des synergies. »

Cette phrase ne date pas d'aujourd'hui. Elle a été prononcée non par vous, madame la ministre, mais par Hervé Bourges, alors président d'Antenne 2 et de FR3, en 1991. Elle témoigne, s'il en était besoin, que la réforme de l'audiovisuel public est un chantier aussi ancien que périlleux. Cette réforme revêt cependant un caractère d'urgence alors que la révolution numérique bouleverse les usages et les rapports aux contenus audiovisuels de bon nombre de nos concitoyens.

Vous vous êtes attelée à cette réforme avec ambition et détermination, madame la ministre. Vous avez multiplié les entrevues, les groupes de travail. Vous avez ouvert plusieurs dossiers, qui ont été évoqués par les orateurs précédents : financement de l'audiovisuel public, procédure de nomination de ses dirigeants et, surtout, réorganisation fonctionnelle et refonte de l'offre de programmes.

Ma question porte spécifiquement sur le chantier de l'amélioration de l'offre de proximité et concerne plutôt les réseaux France Bleu et France 3, lesquels ont déjà connu une réorganisation afin de leur permettre de s'adapter au nouveau cadre institutionnel des grandes régions.

Une communication de proximité est souhaitable, et souhaitée, par les élus et les téléspectateurs, pour permettre à chacun de s'approprier le nouveau périmètre régional, mais aussi pour conserver et renforcer la notion d'identité locale.

Il est question de rapprochement – immobilier, mais pas seulement – et de programmes en commun, notamment lors de la tranche matinale.

Pouvez-vous nous indiquer, madame la ministre, les arbitrages qui ont été faits sur les préconisations qui vous ont été adressées et sur le calendrier des prochaines échéances ?

Plus largement, pouvez-vous nous éclairer sur votre vision, votre cap, s'agissant d'un renforcement de l'audiovisuel public de proximité et de qualité, qui associe les personnels et place au centre de ses préoccupations le « citoyen-auditeur-spectateur » ?

M. le président. La parole est à Mme la ministre.

Mme Françoise Nyssen, ministre de la culture. Vous le savez, l'offre de proximité remplit des missions essentielles pour la cohésion sociale au plus près des territoires, la mise en valeur des événements culturels régionaux et la démocratie locale.

Venant, comme beaucoup d'entre vous, des territoires, ayant été utilisatrice de ces différents médias et ayant été interrogée par eux, vous savez à quel point j'y suis attachée. Je connais leur travail. C'est typiquement le genre d'offre qui n'est pas fournie par les chaînes privées ou par les GAFAN. C'est la spécificité du service public, qui doit jouer pleinement son rôle.

C'est vrai, je suis attachée à une forte coopération entre France Bleu et France 3 afin qu'elles fournissent un service de proximité encore meilleur et plus efficace aux citoyens.

J'ai mesuré, en me rendant dans les antennes de France 3 et de France Bleu, que je connaissais par ailleurs, l'envie des personnels de travailler ensemble, même s'ils éprouvent des craintes. Chez France Bleu, on trouve des gens d'une grande agilité, qui ont envie de travailler et d'être complémentaires. Des coopérations peuvent se mettre en place, comme cela s'est passé à l'échelon national avec France Info. Il faut aller encore plus loin que les premières propositions qui ont été faites afin de mettre en œuvre des coopérations réellement étroites.

Pour ces raisons, j'ai souhaité que l'offre de proximité figure parmi les cinq chantiers prioritaires. J'y attache beaucoup d'importance. Je travaille avec les différentes sociétés sur ce sujet. Plusieurs pistes ont déjà été proposées par les sociétés. Elles pourront donner lieu, comme vous le dites, à des expérimentations, et ce assez rapidement. On pense notamment à des émissions quotidiennes communes.

Cela étant dit, le schéma final n'est pas arrêté, et le calendrier sera celui qui a été donné.


Visualisez la vidéo sur le site du Sénat :

http://videos.senat.fr/senat/2018/02/encoder1_20180220211803_1_5727921_5983558.mp4
<<< Revenir à la liste