Accueil » Accès par thème » Économie et finances, fiscalité » Projet de loi de finances pour 2018 - économie

Économie et finances, fiscalité<<< Revenir à la liste


Projet de loi de finances pour 2018 - économie

Joël LABBE

Mme la présidente. La parole est à M. Joël Labbé.

M. Joël Labbé. Madame la présidente, madame la secrétaire d'État, mes chers collègues, le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi, le CICE, reconduit cette année encore, représente à lui seul 20,8 milliards d'euros de crédits, soit plus de 72 % du montant total de la dépense fiscale rattachée à la mission.

Encore aujourd'hui, de l'aveu même du comité de suivi du CICE, il reste difficile d'évaluer les effets réels du dispositif. Ce comité s'accorde toutefois pour estimer à 100 000 le nombre d'emplois préservés grâce à celui-ci entre 2013 et 2015. La fourchette allant de 10 000 à 200 000, cela manque tout de même de précision… Si l'on retient le chiffre de 100 000 emplois préservés, le coût de la mesure s'établit à 20 000 euros par emploi, ce qui, somme toute, est bien plus cher que les emplois aidés !

L'emploi n'est pas le seul bénéfice du CICE, heureusement ! Le CICE a permis à un certain nombre d'entreprises de reconstituer leurs marges, et parfois d'investir, ce qui est une bonne chose. Cependant, quand on y regarde de plus près, il a surtout permis à un grand nombre de grandes entreprises d'augmenter les dividendes pour leurs actionnaires, sans aucun bénéfice pour l'emploi et pour l'investissement. Je pense notamment à la grande distribution, premier secteur bénéficiaire du CICE, dont certains acteurs ont même profité de l'aubaine pour supprimer des emplois, ce qui est un comble !

Alors, mes chers collègues, plutôt que de financer le versement de dividendes, ne serait-il pas temps de recentrer le CICE sur un certain nombre d'objectifs et de secteurs dont on sait qu'il leur manque un petit coup de pouce pour pouvoir embaucher, investir, innover ? Nous espérons que cette proposition sera prise en compte dans les réflexions sur les mesures à venir.

Concernant les autres crédits de la mission, on peut souligner la pertinence, reconnue par tous, de certains mécanismes, comme le Fonds d'intervention pour les services, l'artisanat et le commerce, le FISAC, dont le recentrage en 2015 a permis une plus grande efficacité des dépenses, en particulier en faveur du commerce local de centre-ville ou de centre-bourg, notamment dans nos espaces ruraux. C'est pourquoi nous soutiendrons nous aussi l'amendement qui tend à porter les crédits alloués au FISAC à 30 millions d'euros.

En ce qui concerne la fibre, nous voulons croire à l'annonce faite par le Président de la République d'une couverture numérique en très haut débit de l'ensemble du territoire d'ici à 2022. Nous espérons vraiment que le Gouvernement tiendra ses engagements. Dans le Morbihan, beaucoup de doutes ont été exprimés. Il faudra que la puissance publique s'impose pour faire en sorte que les travaux soient accélérés.

Par ailleurs, l'inquiétude est grande au sein des associations de protection des consommateurs agréées. En effet, le programme 134 se voit amputé de 40 % de ses crédits, ce qui pose un certain nombre de questions, s'agissant aussi bien des subventions directes que reçoivent ces associations que des crédits alloués à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, la DGCCRF, eux aussi en diminution. On peut se demander comment, dans ces conditions, nous allons pouvoir maintenir le même niveau de protection des consommateurs. Je pense par exemple à l'application de la loi relative à la consommation et de son volet consacré à l'interdiction de l'obsolescence programmée, ou au respect des normes alimentaires en matière de résidus de pesticides.

Avant de conclure, je voudrais évoquer brièvement le projet « Industrie du futur ». En effet, nous disposons d'un vivier de start-ups technologiques dans l'ensemble des domaines prometteurs que recouvre aujourd'hui l'appellation « French Tech ». Soutenir la structuration et le développement de ces filières est une nécessité, si l'on veut éviter de se retrouver dans la situation de domination écrasante des géants américains de l'internet que nous vivons actuellement. C'est pourquoi nous saluons ce projet, en insistant sur les efforts que nous devons poursuivre en matière de formation professionnelle, afin d'accompagner les évolutions du marché du travail vers les nouveaux métiers qui vont rapidement émerger dans ces domaines. (Applaudissements sur les travées du groupe du Rassemblement Démocratique et Social Européen.)


Visualisez la vidéo sur le site du Sénat :

http://videos.senat.fr/senat/2017/12/encoder1_20171207145207_1_3468126_3772619.mp4
<<< Revenir à la liste