Accueil » Accès par thème » Éducation » Proposition de loi portant création d'une première année commune aux études de santé et facilitant la réorientation des étudiants _ Texte n° 64 (2008/2009) _ Article 1er

Proposition de loi portant création d'une première année commune aux études de santé et facilitant la réorientation des étudiants _ Texte n° 64 (2008/2009) _ Article 1er

M. le président. La parole est à M. Jean Milhau, sur l'article.

M. Jean Milhau. Monsieur le président, madame la ministre, messieurs les rapporteurs, mes chers collègues, dans un souci d'économie de temps, j'irai à ce que je considère comme l'essentiel ; personne ne s'en plaindra ! Au demeurant, beaucoup a déjà été dit.

Madame la ministre, nous partageons le constat qui a conduit au dépôt de ce texte visant à réformer le cursus des études médicales dès la première année.

Nous pouvons souscrire à la proposition consistant à regrouper la première année, dans un tronc commun, les étudiants de médecine, de pharmacie, d'odontologie et de maïeutique, laissant ouvert en fin d'année le choix de la spécialisation.

Nous approuvons les possibilités de réorientation à mi-parcours de la première année pour ceux des étudiants qu'un niveau insuffisant conduirait à l'échec, en les orientant vers des études scientifiques. Peut-être conviendrait-il aussi d'ouvrir des passerelles vers d'autres disciplines.

Nous pensons judicieuse la possibilité de laisser entrer vers ces disciplines médicales des étudiants justifiant de certains grades ou diplômes au cours de la deuxième ou troisième année.

Toutefois, madame la ministre, nous pensons que l'essentiel de la réussite réside dans le dispositif de la mise en œuvre - la voie réglementaire - de cette importante, nécessaire et urgente réforme. Or, cela a d'ailleurs été dit, ce dispositif nous est inconnu et tout le succès en dépend.

Des informations et des inquiétudes qui nous semblent fondées et qui remontent jusqu'à nous font apparaître que la concertation en l'état actuel est insuffisante. Il faut réussir cette réforme, madame la ministre. Elle est urgente, certes, mais l'urgence ne justifie pas la précipitation.

Il ne faut pas sacrifier ceux qui, entrés en première année, risquent d'en être les victimes. Il faut considérer la diversité des situations et des possibilités d'adaptation différentes sur le terrain. En un mot, nous pensons qu'il faut poursuivre encore la concertation avec tous, je dis bien « tous » les partenaires concernés pour ajuster au plus près le dispositif de la mise en œuvre.

Par conséquent, madame la ministre, il faut reporter la date d'entrée en vigueur de cette réforme à la rentrée 2010-2011, ce qui fait, par ailleurs, l'objet d'une proposition des deux commissions concernées que nous saluons et que nous remercions.

Sous réserve de l'adoption de ce report, nous voterons majoritairement pour la proposition de loi.

 

<<< Revenir à la liste