Accueil » Projet de loi relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Explications de vote

Projet de loi relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral

Explication de vote d'Alain Bertrand

Alain BERTRAND

M. le président. La parole est à M. Alain Bertrand.

M. Alain Bertrand. Comme l'a dit M. Raffarin, on veut des régions toujours plus grandes, des métropoles, des capitales régionales, et l'on marginalise les petits départements, la ruralité. On continue à créer des métropoles, à tout concentrer, en pensant certainement que les importantes difficultés que rencontre notre pays, notamment en matière de chômage, de détresse sociale ou d'éducation, s'en trouveront réglées comme d'un coup de baguette magique. Pour ma part, je suis convaincu que c'est toute la République qui doit s'atteler à ces questions.

En tant que frêchiste, j'ai une pensée émue pour Christian Bourquin et Georges Frêche. Je salue aussi l'action de Damien Alary, actuel président du conseil régional de Languedoc-Roussillon, qui se bat pour maintenir la région. J'ai bien entendu MM. Vallini, Cazeneuve et Valls. Je suis certes favorable à ce que l'on rendre les régions plus efficaces et performantes, en matière économique, de recherche, d'infrastructures, d'emploi, d'exportation. Cependant, il faut aussi tenir compte des réalités !

La situation de la région Alsace a été décrite abondamment et précisément par notre collègue André Reichardt. Il en va de même pour le Languedoc-Roussillon : avec ce texte, vous allez casser une organisation territoriale qui marche, enrayer la dynamique montpelliéraine, même si M. Saurel, excellent maire récemment élu, pense le contraire ! La cohérence méditerranéenne autour de l'axe Perpignan-Montpellier-Nîmes sera perdue : la région s'étendra jusqu'aux confins des Hautes-Pyrénées.

Permettez-moi de le rappeler, la région Languedoc-Roussillon, c'est 3 millions d'habitants, 70 milliards d'euros de PIB, une façade méditerranéenne ouverte sur le Maghreb et l'Afrique. Nos ports sont aujourd'hui en perte de vitesse et concurrencés par des ports italiens, voire maghrébins. S'il était parmi nous, Georges Frêche ne serait pas content de voir remise en cause une région qui est pourtant de taille européenne.

Je veux dire à MM. Vallini, Cazeneuve et Valls que ce qui importe dans leur réforme, ce n'est pas de ramener le nombre des régions à treize, à quatorze ou à quinze ; ce qui importe, c'est de trouver des masses critiques intéressantes. Oui, il faut diminuer le nombre des régions, car certaines d'entre elles, qui comptaient 700 000 ou 800 000 habitants, ne pouvaient pas être fonctionnelles, mais le Gouvernement se serait honoré en retenant les propositions qui lui ont été faites sur la base d'une carte à quinze régions. Cela aurait permis de dégager au Sénat une large majorité en faveur du texte, et cela aurait été une meilleure façon de procéder. (M. Jacques Mézard applaudit.)

<<< Revenir à la liste