Accueil » Débat sur l'avenir de l'audiovisuel public

Débats

  • Les débats

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Les débats

Débat sur l'avenir de l'audiovisuel public

Intervention de Mireille Jouve

Mireille JOUVE

Aucune vidéo

M. le président. La parole est à Mme Mireille Jouve, pour le groupe du Rassemblement Démocratique et Social Européen.

Mme Mireille Jouve. Monsieur le président, madame la ministre, mes chers collègues, lancée sur l'initiative du Président Jacques Chirac en 2002, la chaîne France 24 a émis pour la première fois le 6 décembre 2006.

M. Jean-Pierre Leleux. Très bien !

Mme Mireille Jouve. Cet outil œuvre depuis au rayonnement de la France à travers le monde. Les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la Russie ou encore le Qatar s'étaient auparavant dotés de canaux semblables.

Même si les programmes de France 24 n'ont pas prioritairement vocation à être diffusés dans notre pays, il me semble opportun de leur offrir une véritable visibilité nationale, et ce pour plusieurs raisons.

Il s'agit tout d'abord de renforcer l'attractivité internationale de ces programmes. En effet, comment un média peut-il légitimement se vendre auprès de distributeurs internationaux quand, dans son propre pays, un nombre important de citoyens méconnaissent jusqu'à son existence ?

Il convient ensuite de rendre plus acceptable la contribution, par l'impôt, des citoyens au service public audiovisuel. Il nous paraît souhaitable, voire logique, que celles et ceux qui financent la chaîne de la France à vocation internationale puissent y accéder plus largement.

Il faut enfin le faire pour la qualité des programmes diffusés par France 24. Alors que les sujets internationaux sont, à mon sens, « sous-traités » dans la plupart des médias d'information télévisuels, cette chaîne représente une source d'information précieuse pour nos concitoyens. À l'heure de la mondialisation, porter un regard éclairé au-delà de nos frontières ne semble pas superflu. En outre, l'actualité ne se résume pas à une succession de faits divers ou à la phrase politique assassine du jour.

France 24 est désormais accessible depuis la TNT, soit aux seuls Franciliens, soit entre minuit et six heures du matin lorsque France Info TV interrompt ses programmes.

Madame la ministre, nous sommes nombreux à regretter que cette visibilité ne soit pas encore plus grande. Pouvez-vous nous dire si l'offre de France 24, assez complémentaire de l'offre d'informations télévisuelles aujourd'hui proposée, a selon vous vocation à être plus aisément accessible sur le territoire national ? (Applaudissements sur les travées du groupe du Rassemblement Démocratique et Social Européen. – Mme Joëlle Garriaud-Maylam et M. André Gattolin applaudissent également.)

M. le président. La parole est à Mme la ministre.

Mme Françoise Nyssen, ministre de la culture. Madame la sénatrice, j'entends vos préoccupations, notamment en ce qui concerne la diffusion de France 24 sur le territoire national. Ce sujet n'est pas nouveau et n'est pas sans lien avec la question précédente, à savoir la façon d'accéder aux offres de l'audiovisuel public. Un énorme travail de réflexion reste à mener en la matière, notamment pour développer des outils numériques extrêmement ergonomiques et faciles. Moi-même, parfois, je me perds quand je veux chercher quelque chose : comment faire ? Par quel cheminement ?

L'audiovisuel public est public, dans le sens où il va aussi vers le public. Il ne lui suffit pas de remplir ses missions d'audiovisuel public : il doit aussi les amener jusqu'au public. Voilà véritablement une question importante sur laquelle nous n'avons pas assez travaillé, mais autour de laquelle les acteurs se mobilisent maintenant. Dans ce domaine en effet, la coopération peut plus que jamais être bénéfique pour trouver ensemble les outils.

J'en viens à France 24. Près de 75 % de nos concitoyens peuvent déjà y avoir accès, puisque la chaîne est diffusée sur la TNT en Île-de-France et en outre-mer, ainsi que sur le câble, l'ADSL et le satellite sur l'ensemble du territoire national. Qui plus est, elle est disponible sur tous les supports numériques. Enfin, comme vous l'avez rappelé, madame la sénatrice, sa diffusion de minuit à six heures trente, sur la chaîne France Info TV, sur le canal 27, complète cette couverture.

En tout état de cause, la question de la diffusion de cette chaîne sur la TNT sur le territoire national se heurte à l'absence de fréquence hertzienne disponible. En outre, cela aurait certainement un coût qu'il faudrait mettre en regard des missions de service public de France Médias Monde, notamment le rayonnement international de la France.

<<< Revenir à la liste