Accueil » Débat sur les déserts médicaux

Débats

  • Les débats

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Les débats

Débat sur les déserts médicaux

Intervention de Robert Tropeano

M. le président. La parole est à M. Robert Tropeano.

M. Robert Tropeano. Monsieur le président, madame la ministre, monsieur le président de la commission du développement durable, mes chers collègues, il fut un temps où notre système de santé était montré en exemple dans de nombreux pays. Il faut admettre que ce temps est malheureusement révolu. La crise que nous traversons a créé de fortes inégalités entre nos concitoyens.

Ainsi, on a assisté à une forte augmentation des inégalités, non seulement sociales, mais également territoriales en matière de santé, engendrant une fracture sanitaire importante. Depuis cinq ans, 2 millions de Français supplémentaires ont été touchés par la désertification médicale. Les inégalités entre les territoires ne cessent d'augmenter : les délais pour obtenir un rendez-vous avec un médecin spécialiste sont de plus en plus longs.

Il était donc urgent de prendre des mesures pour donner à tous les Français un accès aux soins de qualité sur l'ensemble du territoire national. Aussi, je salue l'initiative du Gouvernement, prise en décembre 2012, de mettre en place un plan global de lutte contre les déserts médicaux.

En Languedoc-Roussillon, l'Agence régionale de santé vient de mettre en place un projet régional de santé qui fixe pour cinq ans les orientations et les actions visant à améliorer la santé sur ce territoire. Le diagnostic préalablement réalisé a révélé les faiblesses et les menaces que j'ai relevées à plusieurs reprises, notamment dans le département de l'Hérault. J'entends par là une désertification médicale dans les territoires ruraux et des faiblesses en matière de politique de prévention dans le Haut-Languedoc et dans le pays Cœur d'Hérault.

Gardons à l'esprit que le Languedoc-Roussillon se caractérise par un niveau de précarité significatif dans l'ensemble des départements de cette région, qui est la première en termes de nombre de bénéficiaires de la CMU complémentaire. Aussi, permettre à tous d'accéder au système de santé, d'un point de vue non seulement financier, mais aussi géographique est un objectif que nous devons atteindre.

Le paradoxe de l'Hérault est de présenter une démographie médicale importante, mais inégalement répartie sur son territoire. Par ailleurs 60 % des médecins de ce département ont plus de soixante ans. Le renouvellement des générations de praticiens doit également être pris en compte dans les projets mis en place.

Dans l'arrière-pays, les difficultés d'accès aux soins de médecine générale – je ne parle même pas d'accès aux spécialistes – sont une réalité à laquelle les Héraultais sont confrontés quotidiennement.

Le regroupement de médecins et autres professionnels médicaux ou paramédicaux en un même lieu, par exemple dans les maisons de santé, nécessaires en milieu rural, peut permettre un progrès, mais à la condition incontournable que les territoires concernés présentent des attraits, c'est-à-dire qu'ils offrent des services publics de qualité. Aussi, je souhaite que le pacte territoire-santé décliné par les agences régionales de santé permette de lutter de manière efficace contre les déserts médicaux.

Des démarches ont été engagées concernant la formation des étudiants ou la transformation des conditions d'exercice des professionnels de santé par la généralisation du travail en équipe.

La création d'un nouveau statut de praticien territorial de médecine générale doit voir le jour. Ce projet a remplacé l'ancien, beaucoup plus coercitif, qui prévoyait d'imposer aux jeunes médecins généralistes sortant de l'internat de s'installer pendant une certaine période dans le ressort de celui-ci. Ce principe venait à remettre en cause le principe de la liberté d'installation des praticiens, codifié à l'article L. 162-2 du code de la sécurité sociale.

Enfin, je souhaiterais intervenir au sujet de l'hôpital d'Agde. En effet, cet hôpital, qui fait partie des hôpitaux du bassin de Thau, a fonctionné depuis 2006 avec des activités limitées et sans accueil d'urgence en raison de la proximité des urgences de Sète, de Béziers et de Montpellier. Or, durant la saison estivale, la population de la ville est multipliée par dix et la durée du trajet pour se rendre aux urgences excède trente minutes. Il serait donc tout à fait légitime d'installer un service d'urgence à Agde, ce qui, semble-t-il, vient d'être réalisé. En effet, l'organisation territoriale de la santé doit aussi tenir compte des mouvements migratoires liés à la saisonnalité.

L'objectif des dispositions réunies dans le pacte territoire-santé est de lutter contre la désertification médicale et d'inciter les jeunes médecins à s'installer dans les zones déficitaires en offre de soins. Aussi, madame la ministre, il me paraît important qu'un suivi précis de ce dispositif soit engagé afin d'y apporter, si besoin est, les corrections ou les ajustements nécessaires. (M. président de la commission du développement durable applaudit.)

<<< Revenir à la liste