Accueil » Proposition de loi modifiant la loi n°99-418 du 26 mai 1999 créant le conseil national des communes « compagnons de la Libération »

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Discussions générales

Proposition de loi modifiant la loi n°99-418 du 26 mai 1999 créant le conseil national des communes « compagnons de la Libération »

Intervention de Robert Tropeano

M. le président. La parole est à M. Robert Tropeano.
M. Robert Tropeano.« Récompenser les personnes, les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l'œuvre de la libération de la France et de son Empire » : tout est dit, monsieur le ministre, mes chers collègues, dans la formule de l'ordonnance créant l'ordre de la Libération, qui honore tous les hommes et toutes les femmes ayant choisi le camp de la liberté au péril de leur vie.
Cette décoration, vous le savez, distingue tous ceux qui ont entendu le message d'espérance lancé le 18 juin 1940 par le général de Gaulle et qui se sont ainsi engagés au service de la libération de notre territoire occupé par les nazis. C'est dire si nous leur devons beaucoup : leur combat de« Français libres » est un modèle d'héroïsme. Que ce soient dans les sables de Bir Hakeim, dans les neiges de Russie ou dans les verts pâturages normands, ils ont bravé l'ennemi avec un sens admirable du sacrifice.
L'ordre de la Libération est créé le 16 novembre 1940 pour récompenser un courage sans limite. Jean Moulin, André Malraux, Romain Gary et bien d'autres jeunes gens plus anonymes constituent la liste des Compagnons, au nombre de 1 038. Ouvriers, fonctionnaires, paysans, cadres, étudiants, tous étaient animés, quelle que soit leur origine sociale, du même esprit de résistance.
Je n'oublie pas les 18 unités combattantes également distinguées dans l'Ordre, ni, bien sûr, les cinq communes exemplaires que sont Nantes, Grenoble, Paris, Vassieux-en-Vercors et l'île de Sein. Certes, les orateurs qui m'ont précédé les ont citées, mais, aujourd'hui, plus que jamais, la répétition a un sens.
En effet, s'il s'agit d'examiner un texte technique, le caractère éminemment rassembleur de celui-ci nous invite aussi à profiter de ce moment parlementaire pour honorer la mémoire de ceux qui ont servi la France. À cet égard, je tiens d'ailleurs à rappeler que 13 sénateurs ont été des Compagnons de la Libération.
Mes chers collègues, je viens de l'évoquer, cette proposition de loi est consensuelle. Elle a été approuvée à l'unanimité par les députés, et la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat nous propose une adoption conforme. Naturellement, tous les membres du RDSE la voteront.
Nous partageons, en effet, le souci des auteurs du texte de garantir la pérennité des traditions de l'Ordre, en facilitant le fonctionnement du Conseil national.
La loi du 26 mai 1999 avait, de façon opportune, créé un établissement public national à caractère administratif destiné à succéder au conseil de l'ordre de la Libération. À ce jour, on ne compte plus que 28 personnes titulaires de la croix. Tout doit donc être mis en œuvre pour que, à leur disparition, cet établissement public puisse remplir ses missions dans les meilleures conditions.
Dans cette perspective, les modalités de la gestion directe du musée de la Libération par le futur Conseil national vont dans le bon sens. Sur ce point, il est essentiel de permettre au musée de fonctionner sans entrave juridique, car celui-ci constitue une formidable vitrine de l'œuvre libératrice accomplie par nos aînés.
En outre, s'agissant de l'instauration de la possibilité, pour le Conseil national, de recruter directement des agents contractuels, il me semble opportun de laisser à ce dernier la souplesse dont dispose l'Ordre en la matière.
Par ailleurs, la diversification des ressources est bien entendu nécessaire. Le futur Conseil national ne dépendra pas uniquement de la subvention de l'État, ce qui lui apportera une petite marge d'autonomie.
Mes chers collègues, c'est donc sans réserve que nous allons tous approuver ce texte, qui sécurise l'avenir de l'Ordre ; nous le devons à ses membres disparus, ainsi qu'à tous ceux qui sont encore en vie. Au-delà, c'est une façon de consolider notre politique de mémoire et, ainsi, de faire vivre les valeurs défendues par les Compagnons pour mieux les transmettre aux jeunes générations.
Par la justesse de leur combat, par leur sens du devoir, les Compagnons et, plus largement, toute la Résistance intérieure française, tous les combattants de l'ombre de la Seconde Guerre mondiale, ont plus que jamais illustré les idéaux de liberté et de fraternité, chers à notre République, au groupe du RDSE et à chacun des membres de cette assemblée.(Applaudissements.)

<<< Revenir à la liste