Accueil » Proposition de loi visant à instaurer la scolarité obligatoire à trois ans

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Discussions générales

Proposition de loi visant à instaurer la scolarité obligatoire à trois ans

Intervention de monsieur Robert Tropeano

M. le président. Dans la suite de la discussion générale, la parole est à M. Robert Tropeano.

M. Robert Tropeano. Monsieur le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, je voudrais revenir, au nom de mon groupe, sur le coup de force tenté par le Gouvernement tout à l'heure, afin d'éviter tout débat et toute discussion sur la proposition de loi visant à instaurer la scolarité obligatoire à trois ans.

Les membres du groupe du RDSE regrettent avant tout la méthode utilisée : invoquer in extremis l'article 40 de la Constitution contre des dispositions d'une proposition de loi inscrite depuis plusieurs semaines à l'ordre du jour du Sénat et ayant été soumise de surcroît à au moins deux reprises à la conférence des présidents n'est pas très sérieux et n'honore pas le Gouvernement.

M. Claude Domeizel. Très bien !

M. Robert Tropeano. Une telle attitude porte atteinte aux prérogatives du Sénat et à celles de ses groupes politiques. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour invoquer l'article 40 de la Constitution ? Comment ne pas y voir une volonté de durcir nos échanges et de remettre en cause la pratique et les usages de la Haute Assemblée ? Le récent changement de majorité sénatoriale, qui était tant attendu, expliquerait-il ce comportement de la part du Gouvernement ?

Même si cette proposition de loi est finalement très largement tronquée suite à l'application de l'article 40 de la Constitution, contrairement aux usages, le débat, quant à lui, ne doit pas l'être ; la discussion doit se poursuivre.

L'école de la République est un vecteur de liberté, par la formation et la transmission du savoir et des connaissances : elle participe ainsi à l'éducation et au développement des citoyens de demain, responsables et libres. Elle doit par ailleurs constituer un vecteur d'égalité. Pour ce faire, elle offre à tous les enfants les mêmes outils éducatifs et leur dispense les mêmes enseignements. Elle permet aux plus défavorisés d'exploiter au mieux leurs capacités et contribue ainsi à la promotion sociale. De moins en moins capable, malheureusement, de supprimer les inégalités sociales, elle ambitionne néanmoins de les atténuer.

Enfin, l'école est un espace de socialisation dans lequel sont promues les valeurs de solidarité et de fraternité. Une de ses missions fondamentales est bien d'enseigner aux jeunes générations le « vivre ensemble » et l'acceptation de l'autre, sans considération d'origine raciale, sociale, religieuse ou économique.

M. Roland Courteau. Très bien !

M. Robert Tropeano. Des études ont prouvé que, pour atteindre au mieux ces objectifs, il est essentiel que les enfants soient scolarisés avant l'âge de six ans. Les travaux du généticien Albert Jacquard ont notamment permis de démontrer l'intérêt d'une scolarisation des très jeunes enfants, la plasticité de leur cerveau assurant une assimilation des connaissances rapide et efficace. Cette première étape est donc bel et bien essentielle en vue d'une scolarité réussie.

Or, depuis l'adoption des lois de Jules Ferry rendant l'école gratuite et l'éducation obligatoire, l'âge de début de l'instruction obligatoire est resté fixé à six ans, comme le précise l'article L. 131-1 du code de l'éducation. Cet article, reprenant les termes de la loi d'orientation sur l'éducation du 10 juillet 1989, dite « loi Jospin », permet par ailleurs la scolarisation des enfants dès l'âge de trois ans en école maternelle, lorsque les parents en font la demande. On constate, depuis le début des années quatre-vingt-dix, que la quasi-totalité des enfants de trois à six ans sont scolarisés.

Il est désormais temps d'adapter ce cadre législatif et de mettre le droit en conformité avec la réalité. L'intégration de l'école maternelle dans la scolarité obligatoire permettra la reconnaissance définitive de son statut d'école à part entière. J'avais moi-même déposé, avec certains membres du groupe du RDSE, une proposition de loi visant notamment à rendre l'école obligatoire à partir de l'âge de trois ans : nous nous réjouissons donc que la proposition de loi de nos collègues socialistes portant sur le même thème ait été inscrite à l'ordre du jour du Sénat.

L'école maternelle est fréquemment citée comme l'un des points forts de notre système éducatif. La généralisation progressive de l'accueil des enfants de moins de six ans au cours des dernières décennies a incontestablement contribué aux progrès de celui-ci. Il est unanimement reconnu que l'école maternelle joue un rôle essentiel dans l'amorce des apprentissages, notamment ceux du langage et de la communication, dans la réduction des inégalités et dans la lutte contre l'échec scolaire.

Il est donc urgent de reconnaître par la loi l'importance de cette phase de la scolarité. Pour cela, il faut non seulement rendre l'école obligatoire à partir de l'âge de trois ans, mais aussi bien définir le rôle de l'école maternelle et aborder la question de la formation des maîtres, ainsi que celle des moyens de l'école. Un engagement financier supplémentaire sera nécessaire pour améliorer les conditions matérielles d'accueil. La diminution globale, ces dernières années, des moyens consacrés à l'éducation a pour conséquence une réduction progressive de l'offre en matière d'enseignement maternel, qui aboutira à l'aggravation des inégalités sociales en favorisant le développement de l'offre privée, accessible seulement à quelques-uns.

M. Roland Courteau. Exactement !

M. Robert Tropeano. Je me félicite du travail réalisé par la commission de la culture. Des articles additionnels sont venus réaffirmer le rôle de l'État et vont dans le sens de ce que nous avions préconisé au travers de notre proposition de loi.

Ainsi, l'article 1er A précise utilement que la prise en charge des très jeunes enfants doit être adaptée à leur âge. Pour cela, l'article 1er bis, prévoyant un temps de formation spécifique aux enjeux de la scolarisation des très jeunes enfants pour les enseignants de classes maternelles, rappelle à l'État son rôle en matière de formation continue des enseignants, rôle de plus en plus abandonné, notamment depuis la désastreuse réforme de la mastérisation.

Néanmoins, je ne peux m'empêcher de faire part de ma déception concernant la scolarisation des enfants encore plus jeunes, ceux âgés de deux à trois ans. J'avais proposé, comme d'autres, l'instauration d'un droit à la scolarisation des enfants à partir de deux ans, sur demande des parents. La faculté de scolariser les enfants de cet âge est déjà inscrite dans la loi, au dernier alinéa de l'article L. 113-1 du code de l'éducation. Mais, depuis dix ans, le nombre d'enfants de deux ans scolarisés n'a cessé de baisser.

Cette tendance s'inscrit clairement à contre-courant de l'évolution démographique. Le nombre de demandes de scolarisation ne cesse d'augmenter, notamment du fait du manque de places disponibles dans les autres structures habilitées à recevoir de jeunes enfants. C'est en particulier le cas dans les communes rurales qui n'ont pas les moyens d'ouvrir des crèches municipales. Je suis tout à fait conscient que l'école ne doit pas devenir une garderie. Cependant, je l'ai déjà dit, la preuve a été faite de la meilleure réussite des élèves scolarisés très jeunes.

Sans que l'accueil scolaire puisse résoudre à lui seul l'ensemble des difficultés quotidiennes des familles françaises, l'accès à l'école maternelle dès l'âge de deux ans doit donc obligatoirement être une option proposée, d'autant qu'il est positif pour le développement des enfants. L'école de la République doit les accueillir sans que puissent être opposées aux familles des considérations géographiques, économiques, culturelles ou d'effectifs.

Je regrette donc que l'amendement que nous avions déposé pour garantir ce droit à la scolarisation des enfants de deux à trois ans ait été rejeté, sur le fondement de l'article 40 de la Constitution.

M. le président. Il est temps de conclure, mon cher collègue !

M. Robert Tropeano. N'oublions pas que les disparités importantes en la matière, d'une académie à l'autre, ne relèvent pas uniquement de la prise en compte de considérations financières ou des éléments mentionnés à l'article L. 113-1 du code de l'éducation, mais sont aussi le résultat d'une politique insuffisamment volontariste.

Les arguments financiers sont d'autant moins pertinents que, à plusieurs reprises depuis 2008, la Cour des comptes elle-même a invité à redonner la priorité à l'école maternelle, sachant que le coût annuel de l'accueil d'un enfant dans un établissement tel qu'une crèche est en moyenne trois fois supérieur à celui de l'accueil d'un enfant en école maternelle.

M. le président. Veuillez conclure, mon cher collègue !

M. Robert Tropeano. Monsieur le ministre, l'école maternelle doit doter tous les enfants des mêmes outils pour aborder l'apprentissage de la lecture, de l'écriture ou du calcul. C'est la raison pour laquelle nous sommes favorables à l'adoption de cette proposition de loi, qui va dans le bon sens, même si elle ne va pas encore assez loin ! (Applaudissements sur certaines travées du RDSE, ainsi que sur les travées du groupe socialiste-EELV et du groupe CRC.)

<<< Revenir à la liste