Accueil » Proposition de résolution relative à la filière industrielle nucléaire française

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Discussions générales

Proposition de résolution relative à la filière industrielle nucléaire française

Intervention de monsieur François Fortassin

Mme la présidente. La parole est à M. François Fortassin.

M. François Fortassin. Madame la présidente, monsieur le ministre, mes chers collègues, j'observerai tout d'abord que le présent débat méritait une assistance moins clairsemée que celle de ce jeudi après-midi...

M. Roland du Luart. C'est vrai !

M. François Fortassin. Je ne peux m'empêcher de penser, monsieur le ministre, que le Gouvernement, à quelques semaines de l'élection présidentielle, entend procéder à une sorte de « rattrapage » accéléré, sur ce sujet comme sur d'autres. Mon ami Jacques Mézard a indiqué que nous ne tomberions pas dans ce traquenard.

Il est évident que la filière nucléaire est indispensable à notre pays. Son excellence, son savoir-faire, les 410 000 emplois directs et indirects qu'elle représente, son rayonnement international ne sauraient être sacrifiés, sachant que les énergies renouvelables ne suffisent pas à pourvoir à la demande énergétique.

L'une des grandes caractéristiques du nucléaire français est sa sûreté, notre pays étant assez exemplaire à cet égard.

M. Jacques Mézard. Tout à fait !

M. François Fortassin. En outre, on ne saurait évacuer la question du prix de l'énergie. Le fait que nos compatriotes, notamment les plus défavorisés d'entre eux, peuvent bénéficier d'une électricité 40 % moins chère que la moyenne européenne n'est nullement négligeable.

M. Aymeri de Montesquiou. Bien sûr !

M. François Fortassin. À ceux qui semblent considérer que l'Allemagne est devenue subitement vertueuse en matière d'énergie, j'objecterai qu'elle fait toutefois figure de mauvais élève en matière de bilan carbone !

M. Roland du Luart. Très bien !

M. François Fortassin. Cela mérite d'être souligné.

Je remarque d'ailleurs que ce sont souvent les mêmes qui en appellent à une réduction considérable de la part du nucléaire dans notre production d'électricité et qui suscitent des levées de boucliers dès qu'il est question de mettre en place des installations photovoltaïques ou des éoliennes.

M. Jacques Mézard. Oui, ce sont les mêmes !

M. Aymeri de Montesquiou. Tout à fait ! C'est de la schizophrénie...

M. François Fortassin. Dans ces conditions, la seule solution serait de diminuer considérablement la consommation d'énergie. Certes, il convient de faire des efforts à cet égard, notamment en matière d'isolation des logements, mais n'oublions tout de même pas qu'il existe une corrélation très étroite, aux plans tant national que mondial, entre consommation d'énergie et niveau de développement.

M. Jacques Mézard. C'est vrai !

M. François Fortassin. Une faible consommation d'énergie est synonyme de sous-développement. (MM. Jacques Mézard et Aymeri de Montesquiou acquiescent.) Il s'agit d'être cohérents !

MM. Jean Bizet et Roland du Luart. C'est le bon sens !

M. François Fortassin. Par ailleurs, il faut bien admettre que le solaire fournit tout de même davantage d'électricité entre le 14 juillet et le 15 août qu'en janvier ou en février, tandis que les éoliennes ne fonctionnent pas en période de hautes pressions atmosphériques, c'est-à-dire lorsqu'il fait très chaud ou très froid. Par conséquent, c'est au moment où l'on a le plus besoin d'électricité que les énergies renouvelables en fournissent le moins !

M. Jean Bizet. Encore du bon sens !

M. Ronan Dantec. Quand le vent vient de l'Est, les éoliennes tournent : ça aussi, c'est le bon sens !

M. François Fortassin. Mon cher collègue, je crois que nous ne parviendrons pas à nous mettre d'accord ! Je respecte votre point de vue, mais vous n'en êtes pas à une contradiction près ! (Applaudissements sur les travées de l'UMP.)

M. Jean Bizet. Bravo !

M. François Fortassin. S'agissant du solaire, monsieur le ministre, il serait à mon sens judicieux d'installer des panneaux photovoltaïques sur les toits des très nombreux bâtiments industriels, grandes surfaces et entrepôts qui existent dans notre pays. Cela permettrait de produire de l'énergie sans dénaturer l'environnement architectural, étant donné la nature de ces constructions.

Par ailleurs, si je ne suis guère partisan de l'éolien terrestre, je suis en revanche très favorable à l'installation d'éoliennes sur le plateau continental, là où les vents sont réguliers et où les atteintes au paysage sont limitées.

Quoi qu'il en soit, un progrès considérable aura été obtenu lorsque nous saurons stocker l'électricité, mais ce n'est pas encore tout à fait le cas...

M. Jean Bizet. Exact !

M. François Fortassin. Pour l'heure, nous en sommes au stade des recherches. (Applaudissements sur diverses travées.)

M. Roland du Luart. M. Fortassin devrait être ministre de l'environnement !

<<< Revenir à la liste